Monitorat d’agility MAG-1 à Villedieu-sur-Indre 2019-2020

Share

Clap de fin le dimanche 12 janvier 2020 à Villedieu-sur-Indre pour l’un des tout derniers MAG1 ancienne formule.

 

Il convient tout d’abord de saluer la qualité et la chaleur de l’accueil du Club d’Education Canine de Villedieu-sur-Indre dont nous avons été les hôtes. Anne TRESSONNEAU, sa présidente et Daniel son époux, Isabelle PLANTUREUX, sa responsable agility organisatrice de ce stage et Vincent son époux, Maria aux fourneaux, ont tout fait pour nous mettre dans les meilleures conditions possibles et nous leur en sommes infiniment reconnaissants.

Sous la houlette d’Alain NICAISE, intervenant CNEAC, et de Laetitia BATAILLE, intervenante compétitrice, le week-end des 9 & 10 novembre 2019 avait permis aux 12 stagiaires de s’imprégner des aspects théoriques, techniques et pédagogiques devant leur permettre accessoirement de réussir l’examen, essentiellement d’être en mesure de « former, d’entraîner et d’accompagner des équipes de niveau 1er et 2e degré » dans leur club respectif.

Le faible nombre de candidats a permis de mener pour la partie pratique de l’examen une évaluation associant les deux intervenants et les candidats eux-mêmes, spectateurs ou « élèves » des ateliers mis en place par leurs homologues, bonifiant ainsi jusqu’à son terme la vocation formatrice du stage.

Qui dit « examen » dit inexorablement niveau d’exigence et résultat qui valide ou non l’acquisition des compétences requises. Si dix des douze candidats obtiennent leur sésame, deux par contre devront encore travailler pour parfaire leur aptitude à échanger, à communiquer, à proposer des situations qui impliquent réflexion de la part du chien comme de la part du conducteur et donc propices aux apprentissages, des situations qui ne mettent pas le chien en danger.

Être compétiteur performant est une chose, être pédagogue en est une autre…

La nouvelle mouture du MAG-1 va avoir l’immense avantage de privilégier la pratique et le jeu et, par le recentrage sur le chien, de ramener un tant soit peu d’apaisement dans la trop grande précipitation à « initier » à l’agility et dans l’obsessionnelle course à la performance à tous crins, lesquelles se pratiquent trop souvent au détriment de la santé de nos compagnons.

Alain NICAISE